Ah ah ah !

La_N

La voilà cette fameuse robette !
L'intergalactical lapinou m'a offert le Stylish dress book #1 (alias livre 64 chez les JCA) il y a quelques temps, parce que c'est un amour de lapin et qu'il est bon de s'entourer de gens formidables. J'étais drôlement contente, d'autant que c'était  une énigme avec des devinettes marrantes et que je ne m'y attendais pas. Drôlement contente aussi puisque c'est un livre qui m'avait pas mal tapé dans l'œil l'an dernier lors de son arrivée fracassante dans la communauté des couseuses japonofiles, et que celle qui n'avait pas cousu une "N" apparaissait comme la dernière des ringardes, d'où les trafics de patrons et les concours improvisés de modèles... Une folie je vous dis.

Alors par quoi j'ai commencé ? Ben une "N" pardi !
J'avoue que je n'étais pas fan du modèle à la base, mais il a l'avantage d'être très simple. Et au final, j'adhère.

N_port_eN_dos
Modifs :
- Bretelles cousues au dos de la robe au lieu de les nouer à la nuque.
- Elastique à l'arrière.
- Bien entendu, - 5 cm au dos, et - 4 cm devant.

woopi_NAu final, je suis happy as a hippo. Elle est trèèèès courte (et transparente...) donc c'est perfecto à la plage, et sinon, en tunique. Ah, qu'est-ce que je vais avoir la classe au bureau quand je vais commencer mon futur faux taf qui ne donne pas signe de vie... Grrrr, grrrr.

[J'ai mis ma tête de Woopi Goldberg. Je ne sais pas vraiment pourquoi, cherchez pas, c'est nul, ça rime à rien. mais bon, c'est fait, alors hein...C'était juste pour illustrer la courteté de la robe.

Tissu africain trouvé à Fort-de-France, au moins 3 euros le mètre... quel investissement ! Hi hi.


Bon, sinon, j'ai quand même fini par aller au grand concours "Reine des fermières tropicales, édition 2009".

On était mille en lice, c'était chouette, dans un lycée avec une vue fantastique sur la mer. On a écrit des trentaines de lignes sur les maladies nosocomiales, sur le dodo sans médicaments (un petit rhum peut-être ?), sur les djeunes qui picolent comme des trous (oh !), la réforme à tata Bachelot et the best... en special guest pour votre plus grand plaisir.... l'hypnose médicale ! Oh yeaaaaaah ! [J'ai fait une petite blague pourrita sur la sorcellerie et les spectacles de prestidigitation. Espérons que le correcteur ait le même sens de l'humour que moi...]

Donc 30x5 = 150 lignes x 1000 = 150 000 lignes à corriger, à évaluer, à classer, pour ne garder que la crème des aspirants-fermiers.

Là-dessus, on a aussi fait des tests pyrotechniques pour démontrer qu'en plus de savoir aligner 5x30 lignes (dont 30 gagnées de haute lutte... l'hypnose...!), on n'était pas trop mous du bulbe. Des maths, des trucs de logique, d'observation, des textes de géopolitique à remettre dans le bon ordre (!), des dominos, etc. Bon, là, ils avaient dû limiter les frais en récupérant des exos dans un pays du tiers-monde et en traduisant la consigne au traducteur automatique - ou avec un traducteur analphabète sous-payé - parce que c'était carrément incompréhensible (un peu comme une consigne d'utilisation de micro-onde premier prix). Ou alors, c'était fait in purpose, pour noyer le poisson, et le chaland avec. En tout cas, objectif écrémage atteint : j'ai lâché l'affaire sur ces questions-là.

Donc, oral or not oral ? la suite dans un prochain épisode...