Back on tracks !

... car je suis en pleines révisions...
... car après les examens, le temps de la rigolade...
... car le nouveau programme de formation nous offre deux mois de vacances qu'il faut rentabiliser (en terme de turista)...

Ce matin, on a été se faire vacciner, ragondin et moi, contre la fièvre jaune, la méchante. Sur sa fiche d'identification, il a mis pilote d'avion comme profession. Ah ça, on faisait les malins, on faisait les caïds devant les photos de moustiques. Ça weshait fort (verbe du premier groupe, de "faire wesh wesh").

Imaginez donc ma déconvenue et ma circonspection quand j'ai vu le visage de l'enfant se décomposer, puis se tordre de peur, d'appréhension, et devenir tout rouge alors qu'il tentait vainement, face à l'aiguille, de s'échapper de la table d'auscultation en poussant des cris de putois. Lui qui est si zen d'habitude, j'avais du mal à le reconnaitre. Et encore, je tiens à dire que je ne l'ai pas vacciné moi-même, ni demandé à une copine de promo de s'y coller, non non, je me suis rendue à un official center de la vaccinacion de la maladie tropicalizada. J'étais perplexe. Je me demandais comment diable il allait mener à bien son (funeste) destin de guerillero de l'ombre s'il ne pouvait poser le pied en terre tropicale. Certes, il lui restera toujours les steppes australes, l'occident en général et l'altitude, ce qui représente, à l'échelle planétaire, un territoire non négligeable, mais tout de même... L'avantage de cette petite crise de rage, c'est qu'il n'a même pas senti le moment du vaccin, et le temps de sécher ses larmes, non seulement c'était fini mais il avait à la main un petit paquet de galettes bretonnes offertes par l'hôpital.

Parce que oui, j'ai des ambitions héroïques pour cet enfant. C'est ridicule je sais, mais je n'ai pas été le concevoir en terre révolutionnaire et avec un patrimoine génétique trié sur le volet pour me retrouver avec un fils clerc de notaire. Avec tout le respect que j'ai pour cette profession. Enfin... respect... clerc de notaire... respect ? ... bon, trève de médisance. Donc oui, c'est ridicule, mais maintenant, c'est trop tard, alors faut assumer. Je vante d'ailleurs régulièrement les mérites des pompiers, des pilotes de canadairs, tout en dénigrant les militaires et en ignorant superbement les policiers. Et quand il me demande ce que je voudrais faire plus tard, je dis infirmière (quand même !) mais aussi sage femme et médecin et délégué syndical. Surpris, il me dit "ben, tu ne veux plus être volcanologue ?", alors je dis que si bien sûr, volcanologue toujours ! Et on ouvre des tas de livres sur les volcans en vantant les mérites des époux Krafft morts au combat. Et ça le rassure sur ses propres ambitions professionnelles, totalement calquées sur les ambitions frustrées de sa mère, "que je t'aime tellement que je ne te quitterai jamais et même quand je serai adolescent je vivrai toujours avec toi pour toute ta vie, mais pas toute ma vie hein, parce que sinon après je serai tout seul au cimetière et j'aurai faim quand même". Wesh.

Comme quoi, c'est pas si compliqué de faire passer des idées ou des valeurs à un petit être sans défense, avide de repères et fou d'amour. Sinon, comme il dit, "faudrait quand même arrêter avec les chiffres hein, parce que là ça fait beaucoup les millions, les milliards, hein, après on sait plus, des cent millions de milliards cent mille quoi ? des millions de milliards de j'ai faim, ça fait beaucoup !" Bref, pour le moment, ça reste obscur, mais quand on relira ça au crépuscule de sa carrière héroïque de médecin volcanologue au grand coeur, ça apparaitra surement comme une parole prophétique de bon aloi.

Donc un message dédié à ce bon vieux marcassin, parce qu'il le vaut bien.

... et parce que j'ai enfin un appareil photo...

P1050204_polaP1050205_pola

Sinon entre deux révisions mystiques sur la pompe à protons, le sens d'introduction des suppositoires (qui n'est pas celui qu'on croit ! hé hé), la fracture du col du fémur et la loi Kouchner de 2002, j'ai presque fini un ouvrage couturesque auquel il ne manque que le biais satiné...

Une 12 !

Et une 12 pour aller ?

Les aficionados sauront, les autres patienteront (pas longtemps...promis !)