Aloha braves gens

Aujourd'hui, des effets pervers de la plongée sous-marine aux effets pervers du bonheur conjugal. Hein ?

Hier, palmés et entubés, le Roux et moi sommes allés explorer les fonds marins à deux pas de chez nous, à côté du port. On a esquivé les dangers liés à la présence du prédateur humain et velu dans cet environnement : Les chasseurs sous-marins aux fusils à harpons, ce qui n'est jamais rassurant en eau trouble - non pas qu'on ressemble vraiment des gros veaux marins en maillot de bain, mais une flèche perdue et couic... - et les hélices de bateaux qui bien heureusement passaient plus au large. On a aussi consciencieusement contourné quelques jolies méduses, rondes et violettes. Et on a vu de belles tortues.

tortue

On a barboté, nagé, flotté en observant la diversité de poissons cohabitant sur le même rocher, les bancs de poissons en vadrouille, on a plongé de quelques mètres pour explorer une faille ou juste pour le plaisir de s'enfoncer dans cette eau épaisse et gigantesque. Portés par les vagues, les vagues, les vagues... on est ressortis de là avec un sacré gerbe. C'est fou quand même.

Et ça personne n'en parle. Dans les films d'horreur où ils sont perdus en mer avec les requins qui menacent (cf. Open water), y'a jamais de scène où les protagonistes ont des hauts-le-cœur et lâchent un vomito dans l'immensité bleue ? Ou alors c'est la faute au requin, pas à la houle. Ce n'est pas rendre hommage à l'influence gerbatoire de l'océan sur le pauvre nageur-flotteur-plongeur. C'est peut-être une question de priorités. C'est peut-être simplement ce qu'on appelle le "mal de mer" !? Et ben voilà, ça, les gens ils font des croisières en bateau avec Bolloré, et ils vomissent les pauvres chéris. Mais ils sont pas seuls ! Les plongeurs, ils raquent aussi, mais personne n'en parle. Et pourtant, Dieu sait que c'est intéressant.

Ceci dit, on n'a pas dégobillé non plus. Mais on avait la gerbe, brrrrrrr. Alors une fois dehors, on s'est pris un gros goûter à base de chips et de biscuits au chocolat histoire de surtout pas vomir à jeun.

Perche alimentaire qui m'amène tout naturellement au 2e volet de ce post.

J'occupe donc ma maison des collines avec vue sur la mer et baignoire dans la chambre. Je sais pas vous, mais moi quand j'occupe la maison de quelqu'un, je suis toujours excitée de m'imaginer comment vivent les gens d'après ce que je vois. Non pas que je fouille dans tous les placards ou que je mette la lingerie de la maitresse de maison - un peu à la JF partagerait appartement ! oh oh oh - mais c'est amusant de voir à quelle heure ils règlent leur réveil, où ils rangent le sel etc.  D'ailleurs, sans rentrer dans son intimité, je peux vous dire que mon hôte range ses biscuits, ses pâtes et sa farine dans son frigo. Au début j'ai ri (oui, j'ai le rire facile), et après, j'ai fait, vu l'invasion éclair de fourmis et autres insectes  si une miette est abandonnée. Occuper une maison inconnue est une aventure formidable ! Où sont les interrupteurs ? Pourquoi les éboueurs passent à 3h30 du matin (véridique !!! J'ai cru qu'on était dans l'Invasion des profanateurs de sépultures quand ils passent la nuit ramasser les dépouilles ou je ne sais plus quoi faire) ? Y'a pas de bouilloire ! Y'a un blender ! Y'a la télé (j'ai découvert Secret story ! ... euh ... ) ! Y'a un lave-vaisselle !.... Y'a un pèse-personne. Ah.

Donc dans ma folie exploratoire, j'ai découvert que je faisais 69 kilos.

La dernière fois que j'ai fait 69 kilos, c'est quand j'étais à 8 mois de grossesse.

Je ne vous cache pas que j'étais un peu déconfite. Le Roux se marre en appelant ça mon "poids de grossesse", un copain m'a dit que c'est la Martinique et qu'on grossit tous à force de picoler, et une copine m'a dit que quand même, ça datait de 6 ans cette référence, et que c'est normal avec les années...

Mais quand même.

[Et là ça fait 2 fois que la connexion internet piratée me plante au moment de sauver la deuxième partie de mon message, donc je dis, that's enough. Suite à un autre moment, si possible... Mais en même temps, il va bien falloir pour l'équilibre de ce post]

Grrrrrrr.